Comment interpréter l’art

L’interprétation de l’art

Les œuvres d’art présentent des problèmes d’interprétation et d’évaluation. L’évaluation n’est pas l’objet de cet article (voir esthétique), mais un problème d’interprétation mérite d’être mentionné. Les œuvres d’art sont souvent difficiles à interpréter et la façon de le faire est loin d’être évidente. La question se pose alors de savoir quels facteurs devraient guider les efforts d’interprétation.

D’un côté, l’isolationnisme, selon lequel la connaissance de la biographie de l’artiste, de son passé historique et d’autres facteurs n’est pas pertinente à l’appréciation de l’œuvre d’art et est habituellement nuisible en ce qu’elle s’y oppose, tendant à substituer un récit de ces faits à la tentative plus difficile de s’attaquer à l’œuvre d’art elle-même. Si l’œuvre d’art n’est pas comprise dès la première rencontre, il faut la lire (ou l’entendre, ou la regarder) encore et encore. Une ré-exposition constante à celui-ci, de sorte que le receveur est totalement absorbé et imprégné par lui, est le moyen d’une appréciation maximale.

A l’autre extrême, le contextualisme considère que l’œuvre d’art doit toujours être appréhendée dans son contexte ou son cadre et que non seulement sa connaissance, mais son appréciation totale est beaucoup plus riche si on l’aborde avec cette connaissance. Selon les contextualistes, il faut appréhender de cette façon non seulement la littérature (habituellement appréciée contextuellement) mais aussi les autres arts, même la peinture et la musique non figuratives.

Aucun critique ou amateur d’art n’a besoin de s’accrocher à l’une ou l’autre de ces positions sous sa forme non diluée : une personne pourrait bien être isolationniste sur certains types d’art, comme la musique, contextualiste sur d’autres, comme les drames historiques et les peintures religieuses. Il est toutefois essentiel d’être plus précis sur les facteurs – autres que la lecture attentive et répétée de l’œuvre d’art elle-même – que le contextualiste tient pour nécessaires ou extrêmement utiles à l’appréciation des œuvres d’art :

Comment apprécier l’art

1. Autres œuvres du même artiste. Si l’artiste a créé d’autres œuvres, particulièrement dans le même genre, la connaissance de celles-ci peut améliorer l’appréciation de l’œuvre en question. La quantité d’œuvres n’a pas de mérite particulier en soi, mais quand, par exemple, l’un des concertos pour piano du compositeur autrichien du XVIIIe siècle Wolfgang Amadeus Mozart est entendu, l’auditeur peut (souvent inconsciemment) comparer son mode, son matériau thématique et sa méthode de développement et de résolution à certains des 25 autres concertos pour piano de Mozart. La connaissance de l’ensemble du corpus de son œuvre dans un certain genre peut accroître le plaisir d’une œuvre particulière.

2. Autres œuvres d’art du même genre réalisées par d’autres artistes, en particulier dans le même style ou la même tradition. L’appréciation du poème pastoral “Lycidas” du poète anglais John Milton est sans doute renforcée par une étude de la tradition pastorale en poésie, que Milton a supposé faire connaître à ses lecteurs. L’étude isolée de “Lycidas” priverait inutilement le lecteur d’une grande partie de la richesse de texture du poème et rendrait même inintelligibles certaines des références qu’il contient.

3. Une étude des faits pertinents sur le médium artistique, tels que les limites instrumentales ou les avantages des orgues à tuyaux à l’époque du compositeur allemand Johann Sebastian Bach (1685-1750) ou les modes de présentation des tragédies de la Grèce antique dans le théâtre athénien. La connaissance des conventions et des idiomes artistiques dans lesquels l’artiste opérait permet souvent de mieux comprendre certains aspects de son travail et d’éviter les malentendus à son sujet.