Trois étapes simples pour comprendre l’art : regarder, voir, penser

Quelle est la clé pour comprendre l’art ? Pourrait-il y avoir quelques étapes faciles pour déballer le sens d’une œuvre d’art ?

La réponse courte est : oui.

J’ai récemment écrit un article pour The Conversation intitulé Three questions to not ask of art – and four to ask instead, qui aborde des questions séculaires qui sont posées à l’art : Pourquoi est-ce de l’art ? Qu’est-ce que c’est censé être ? Un enfant de 4 ans ne pourrait-il pas faire ça ?

J’ai suggéré quatre meilleures questions à poser, tirées de Terry Smith, professeur d’art australien.

Voici une méthode simple en trois étapes que j’utilise, adaptée d’une vieille technique de l’historien de l’art Erwin Panofsky :

  • 1) Regardez
  • 2) Voir
  • 3) Penser

Les deux premiers – regarder et voir – ne consistent qu’à utiliser vos yeux et vos capacités d’observation. La troisième exige un peu de réflexion, en s’appuyant sur ce que nous savons déjà et en interprétant de façon créative ce que nous avons observé dans le contexte plus large d’une œuvre d’art.

Quand nous voyons quelque chose, qu’il s’agisse d’une œuvre d’art, d’un film ou d’un panneau publicitaire, notre cerveau exécute un processus extrêmement complexe en une fraction de seconde pour lire et donner un sens. Nous absorbons toute une série d’indices qui composent notre compréhension de n’importe quelle image, dont beaucoup nous ne sommes même pas conscients.

Tout processus de compréhension de l’art consiste donc à ralentir ce processus, à décomposer délibérément l’image et à ne pas sauter aux conclusions hâtives avant un certain temps.

Étape 1 : Regarder

N’est-il pas évident que nous « regardons » l’art ? Pas vraiment. Lorsque nous visitons une galerie, nous avons tendance à ne passer que quelques secondes devant une œuvre. En fait, selon certaines estimations, cela prend moins de deux secondes.

Alors regardez ce qu’il y a, littéralement juste devant vous. Commencez par le plus élémentaire : de quel médium ou matériau s’agit-il – une photographie, un objet, une peinture ? De quoi ça a l’air ? Rude et rapide ? Lisse et soigné ? Brillant ? Sale ? Fabriqué avec soin ? Jeté ensemble ?

L’artiste aura pris des décisions très délibérées sur les matériaux, le style et l’approche, et celles-ci seront directement prises en compte dans l’impression générale et la signification de l’œuvre.

Regardez cette œuvre de l’artiste australien d’origine espagnole Dani Marti intitulée It’s all about Peter, réalisée en 2009.

Il est accroché au mur comme une peinture, mais il est composé de centaines de bols d’objets en plastique fondus, d’extracteurs de jus d’orange, d’appareils électroménagers en plastique, tous de couleurs différentes. Marti veut qu’on y pense dans la tradition d’une peinture, même si elle est faite d’objets plastiques en 3D.

Étape 2 : Voir

Quelle est la différence entre regarder et voir dans le contexte de l’art ? Regarder, c’est décrire littéralement ce qui se trouve devant soi, tandis que voir, c’est lui donner un sens. Quand nous voyons, nous comprenons ce qui est vu comme des symboles, et nous interprétons ce qui se trouve devant nous.

Erwin Panofsky appelle les symboles d’une œuvre d’art « iconographie », et toute image peut être facilement décomposée en l’iconographie qui la compose.

Prenons l’iconographie de l’épopée de Pablo Picasso, Guernica (1937). Au centre, il y a ce cheval hurlant, avec un bras démembré juste en dessous. À gauche, une femme pleure et tient dans ses bras un nourrisson mort, et l’ombre légère qui ressemble à une explosion domine l’image. Ces éléments individuels se combinent pour produire le sens global de la peinture, qui dans ce cas est considérée comme l’une des œuvres d’art anti-guerre les plus puissantes créées.

L’iconographie de It’s all about Peter de Marti n’est pas si évidente – elle est plus abstraite, ce qui signifie qu’elle n’est plus une simple représentation littérale de quelque chose. Mais les objets en plastique fondu sont des objets de tous les jours – des choses que vous pourriez avoir dans votre maison, des objets dont une personne s’entourerait et dont elle se composerait pour vivre. Prenez une note mentale de l’iconographie comme celle-ci, et amenez-la à l’étape finale.

Étape 3 : Penser

La dernière étape consiste à réfléchir à ce que vous avez observé, à rassembler ce que vous avez glané des deux premières étapes et à réfléchir aux significations possibles. Il est important de noter qu’il s’agit d’un processus d’interprétation. Ce n’est pas une science. Il ne s’agit pas de trouver les « bonnes réponses », mais de penser de manière créative aux compréhensions les plus plausibles d’une œuvre.

La clé ici est le contexte. Le contexte plus large d’une œuvre d’art vous aidera à donner un sens à ce que vous avez déjà observé. Une grande partie de l’information sur le contexte est habituellement donnée dans ces petites étiquettes ternes qui vous indiquent le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre et l’année. Et il y a souvent d’autres informations précieuses, comme le lieu et l’année de naissance d’un artiste.

Articles similaires :